Repères chronologiques

30 janvier 1933
Hitler est nommé chancelier du Reich.
Mars 1933
Ouverture des premiers camps de concentration en Allemagne (Dachau, Orianenburg).
Avril 1933
Premières mesures discriminatoires en Allemagne contre les Juifs. Sur le plan professionnel, ils sont chassés de la fonction publique, de la justice, de l’enseignement et des professions libérales, de l’armée, des métiers de la culture. Un numerus clausus est imposé, limitant le nombre d’enfants et d’étudiants juifs à l’école ou à l’université.
Septembre 1935
Lois de Nuremberg. D’après ces lois dites « pour la protection du sang et l’honneur des Allemands », les mariages entre Juifs et « citoyens de sang allemand » sont interdits, ainsi que toutes les relations extraconjugales. Les Juifs deviennent citoyens de seconde zone et perdent la nationalité allemande.
Mars 1938
À la suite de l’Anschluss (annexion de l’Autriche par le Troisième Reich allemand), début d’une émigration massive des Juifs hors du Reich. Les persécutions s’aggravent et se font de plus en plus brutales. Arrestations, envois en camps de concentration, expropriation des entreprises, imposition d’un tampon avec la lettre J sur les passeports, instauration d’une carte d’identité spéciale, interdiction de se rendre dans les théâtres, les cinémas, aux concerts, humiliations publiques (obligation de nettoyer les trottoirs à genoux avec une petite brosse, etc.)
9 novembre 1938
Grand pogrom contre les Juifs sur tout le territoire du Reich, surnommé « Nuit de cristal » en raison de la quantité de verre brisé et de fenêtres détruites.
1er septembre 1939
Invasion de la Pologne par l’Allemagne.
3 septembre 1939
Le Royaume-Uni (Angleterre) puis la France déclarent la guerre à l’Allemagne.
Automne 1939
En Allemagne, sur l’ordre de Hitler, début de l’opération T4 dont le but est l’élimination des malades mentaux. Plus de 70 000 personnes seront assassinées dans les « instituts spécialisés » jusqu’en août 1941, date où au sein des Églises chrétiennes, des Catholiques et des Protestants manifestent leur indignation. L’évêque de Munster, Mgr Von Galen, dénonce en chaire ces assassinats.
Octobre 1939
Sur ordre de l’Allemagne nazie, débutent en Pologne l’élimination des élites du pays et les premières déportations des Juifs, des Polonais et des Tsiganes vers le « gouvernement général », entièrement aux mains des Allemands, au centre de l’ancienne Pologne.
Avril 1940
En Pologne, construction du premier grand ghetto à Lodz (150 000 personnes) et mise en place à Auschwitz du premier camp de concentration pour prisonniers de guerre polonais (1940) puis soviétiques (1941).
22 juin 1940
Après la « drôle de guerre » qui a débuté en septembre 1939, la France, envahie le 10 mai 1940, est vaincue et signe un armistice avec l’Allemagne. Le territoire français est divisé en deux : au nord, une zone occupée et au sud, un gouvernement avec pour centre la ville de Vichy. Entre les deux passe la « ligne de démarcation ». Le maréchal Pétain est le chef d’État de tout le pays.
3 octobre 1940
En France, à la demande des Allemands, le 1er statut des Juifs est promulgué par le gouvernement de Vichy. Il définit « qui est juif ». En zone occupée, tous les Juifs doivent « légaliser leur situation » et se faire recenser au commissariat de police de leur quartier.
Octobre 1940
Établissement du ghetto de Varsovie. Le mur d’enceinte est achevé et fermé le 15 novembre. En juin 1941, on estime que 439 000 Juifs y sont entassés de force dans des conditions sanitaires épouvantables. Entre novembre 1940 et juillet 1942, avant que ne débutent les déportations des Juifs du ghetto, 80 000 personnes y meurent de faim et de maladies.
Mars-avril 1941
Construction du camp de Birkenau (Auschwitz II). Établissement du ghetto de Cracovie.
14 mai 1941
À Paris, opération « billet vert ». Arrestation de 4 000 hommes juifs considérés comme « étrangers ». Ils sont internés dans les camps de Pithiviers et de Beaune-la-Rolande, près d’Orléans, puis à Drancy, avant d‘être tous déportés à Auschwitz en 1942.
22 juin 1941
L’Allemagne attaque l’URSS. C’est « l’opération Barbarossa ». Sur les arrières de l’armée allemande, des « commandos spéciaux d’intervention », les Einsatzgruppen, massacrent tous les Juifs des territoires conquis. Au prétexte de la sécurité des troupes allemandes, les responsables du parti communistes sont également « liquidés ».
20 août 1941
Premiers internements de 4 000 hommes juifs à Drancy (banlieue parisienne).
3 septembre 1941
À Auschwitz, premiers gazages au Zyklon B.
19 septembre 1941
Port de l’étoile jaune obligatoire pour les Juifs allemands.
12 au 15 décembre 1941
Rafle de 743 notables juifs internés au camp de Compiègne et exécution de 52 Juifs au Mont-Valérien.
Décembre 1941
Premières exécutions collectives de Juifs dans des camions à gaz, au camp de Chelmno (Pologne).
20 janvier 1942
Conférence de Wannsee, en Allemagne. Les hauts fonctionnaires nazis entérinent la « Solution finale » et en confient la coordination à Adolf Eichmann.
Du début de l’année à septembre 1942
Liquidation des Juifs polonais, transférés des ghettos aux centres de mise à mort de Chelmno, Belzec, Sobibor, Treblinka et à la section d’extermination (Birkenau) du camp d’Auschwitz.
29 mai 1942
En zone occupée, les Juifs de France doivent porter sur tous leurs vêtements l’étoile jaune « solidement cousue » avec le mot « Juif » imprimé en lettres noires. Les Juifs de Belgique et de Hollande sont soumis à la même obligation.
16-17 juillet 1942
Rafle du Vél’ d’Hiv : Rafle à l’encontre des Juifs étrangers, organisée par la police française, sur ordre du gouvernement de Vichy, sous la pression des Allemands. En 1942, 12 884 Juifs (3 031 hommes, 5 802 femmes, 4 051 enfants) furent arrêtés et internés au Vélodrome d’hiver. Les occupants espéraient l’arrestation de 22 000 adultes au lieu des 9 000 arrêtés. C’est la première fois que l’on arrêtait aussi massivement des femmes et des enfants, ce qui explique leur forte proportion.
Août 1942
En France, extension des rafles à la zone libre et déportation des personnes arrêtées le 16 juillet.
8 août 1942
Le représentant du Congrès juif mondial à Genève, Gerhart Riegner, informe Londres et Washington de d’une mise en œuvre organisée de l’extermination du peuple juif dans les pays de l’Est.
26 août 1942
En France, immense rafle dans les 40 départements de la zone libre.
16 décembre 1942
Décret d’Auschwitz : ordre de déporter à Auschwitz tous les Tsiganes du Reich.
30 janvier 1943
Création de la Milice, formation policière française collaborant activement avec les forces allemandes à la « chasse aux Juifs » et à la traque des résistants.
10 février 1943
Deuxième grande rafle des Juifs apatrides à Paris.
Mars 1943
Liquidation du ghetto de Cracovie.
19 avril-8 mai 1943
Insurrection du ghetto de Varsovie. Destruction totale du ghetto.
4 août 1943
Révolte au camp d’extermination de Treblinka.
16 septembre 1943
Les premiers convois de Juifs italiens déportés arrivent à Auschwitz.
14 octobre 1943
Révolte au camp d’extermination de Sobibor.
19 octobre 1943
L’opération Reinhard est officiellement terminée avec la fin du démantèlement des trois sites d’extermination de Belzec, Sobibor et Treblinka. On estime à 2,5 millions le nombre de Juifs tués dans ces camps.
19 mars 1944
Invasion et occupation de la Hongrie par l’Allemagne. Entre avril et juin, près de 430 000 Juifs hongrois sont déportés. On estime au total à plus de 564 000 le nombre de victimes juives hongroises de la Shoah.
6 juin 1944
Débarquement des forces alliées en Normandie, début de la « reconquête » de l’Europe du Nord.
Juillet-août 1944
Derniers transports de déportation des Juifs de France, de Drancy, Toulouse et Lyon vers Auschwitz. Au total plus de 75 000 Juifs ont été déportés de France.
Juillet 1944
L’Armée rouge, sur le front oriental, pénètre en Pologne et découvre le camp de Maïdanek, évacué quelques jours auparavant.
25 août 1944
Libération de Paris.
Octobre 1944
Tentative de révolte à Birkenau, mise hors service d’un des « blocs ».
Novembre 1944
Arrêt des gazages à Auschwitz.
18 et 19 janvier 1945
Les marches de la mort : face à l’avancée des troupes soviétiques, les SS jettent sur les routes plus de 66 000 détenus du camp d’Auschwitz.
27 janvier 1945
L’Armée rouge entre à Auschwitz évacué de presque tous ses détenus.
Avril-mai 1945
Au cours des opérations militaires de libération de l’Europe sur le front occidental, les Alliés découvrent les principaux camps de concentration allemands : Dora, Buchenwald, Dachau, Bergen-Belsen, Ravensbrück.
8 mai 1945
Capitulation de l’Allemagne, fin de la Seconde Guerre mondiale.
18 octobre 1945
Ouverture à Nuremberg du procès des principaux criminels nazis. Il prendra fin le 1er octobre 1946.

Kit pédagogique

DSC 0005 150x116

La mallette
"L'enfant et la Shoah"

télécharger le kit

Newsletter

L'enfant et la Shoah

enfantshoahcommentenparler
Comment en parler
à l'école ?

voir la vidéo

 

D'autres films sur :

YouTube logo full color